programmation bafang

Le Chenin de Saint jacques de Compostelle

  Jour 35

Hier je flâne en direction du cap Finestra mon prochain rêve  

et je suis interpellé par des pèlerins qui étaient arrivés dans l’albergue S. Tiago de Labruge .


Et la un autre voyage commence 



De Tarifa au cap Finestra

 Dans cet article je vais vous décrire mon voyage.

 Du point le plus bas de l'Europe Tarifa au détroit de Gibraltar.

 Au point le plus à l'Ouest la cap Finestra ou le bout des Camino de Santiago.

Jour 23

Un nouveau voyage commence car c’est mes rêves qui vont tracer le chemin .

Mon premier rêve est de faire une déclaration d’amour à la belle de Cadix et de remercier toutes mes ex qui n’ont pas lu le mode d’emplois de l’enfant sauvage .

Le rêve de ce soir c’est que je vais passer une nuit merveilleuse avec une andalouse , ce sera qu’une nuit et pour celle qui voudrait capturer l’enfant sauvage je leur conseille de lier le mode d’emploi jusqu’à la dernière page .

Je commence un voyage sans tracé. 

J’ai l’impression d’être au Maroc sauf que les voitures ont toutes des plaques espagnoles. Je suis sage mais je ne m’interdit pas de prendre l’autoroute  par contre j’ai caqué, pas vu l’interdiction .

j’avais promis de pas boire de caña avant ma déclaration à la belle de Cadix je m’excuse auprès de mes EX qui ont pas su retenir l’enfant sauvage et je ne pense à celle qui a voulu mettre  l’enfant sauvage en cage. Je conseille à la prochaine femme de ma vie de lire le mode d’emplois de l’enfant sauvage jusqu’à  la dernière page .

Ne pas savoir avec qui tu dort ce soir est un luxe réservé aux aventuriers pour finalement dormir à coté de la remorque dans la chambre d’hôtel.

Le fait du jour c’est que j’aime le bleu et j’ai roulé 49 km sur des autoroutes !!!! J’ai pas vus d’interdiction pour les vélos solaires mais j’ai vu plusieurs fois fin d’autoroute ???

Tout c’est bien passé demain je vais à Séville mais par qu’elle route ? Ce sera la route sans frontières.i’ai pas envie de rentrer j’ai juste envie de vous faire rêver.  

Jour 24




Une journée normale avec la visite de Seville, 

Je suis parti très tôt avant le lever de soleil  la route est belle  je fais toujours de belles images et j’e ire de prendre la Autivia ( raté)

Après 100 km je suis à Séville qui sera l’objet d’une vidéo spéciale pour que vous appréciez sa beauté et le nombre de touristes .

Patricia et José Luc m’appellent car ils ont un ami à Faro ( Portugal)🇵🇹 et comme j’y passe ils organise une rencontre sauf que j’avais prévu d’y être dans deux jours , et Celestino ne sera pas là !!!!

Donc je décide de m’avance et un maximum pour rencontrer Celestino mais le vent se lève et ma Pénalise j’aurais pus être au Portugal ce soir, j’y serais demain à 14 pour cette rencontre.



Un peu de pression et un record 

219 km en 570 minutes de pédalage 

Et 1300 de D+

Plus de 100km vent de face , mais le records sont fait pour être battus 



Le bonus de Séville visite en trike solaire  la meilleure façon de visiter une ville en utilisant l’application Maps.me. Et de rejoindre les points choisis . Tout mon voyage est organisé ainsi 


Jour 25 

Petit journée mais je vais traverser de l’Espagne au Portugal car le pont autoroutier ne m’enchante pas trop.

J’ai moins de 100km alors je flâne j’essaie de trouver des petite routes et de trouver des perles pour vous le partager.

J’ai juste un rendez vous avec Celestino vers 16 h pour parler cuisson solaire.


Et là je suis obligé de faire une vidéo bonus pour vous transmettre la passion de se professeur de faculté de Faro expert en cuisson solaire.


Bilan 122 km avec vent de face et des nuages 

Jour 26 





Réveil à 6 h pour aider Celestino à préparer sa  présentation à Séville.

Café solaire au premiers rayons de soleil  après des adieux chaleureux et me voilà parti pour visiter Faro ville pas trop touristique et je la perds dans des quartiers du port où je croise un cycliste qui a fait le tour d’Europe avec une jambe .Comme quoi on est la seule limite à nos rêves .j’essaye de rouler le plus près de la mer  et je fais de belles images . Sacré Maps.me il me fait des sacrés tours mais cela fait de belle images .

Je fais une pause repas dans un lieu magique.

Je croisé beaucoup de nids de cigognes et j’arrive à Lagos  pas simple de trouver un hôtel mais j’arrive à en trouver de raisonnable  ou mon trike sera en sécurité.


Après une pause je visite Lagos ou j’avais séjourné en février 2020 juste avant le coronacircus.et se sera un bonus vidéo car impossible de rentrer tout en 3 minutes 


Jour 27 

C’est le premier jour que je n’ai pas de point d’arrivée. Je suis en mode tourisme 

Départ 8 h 30 direction  la forteresse de Sagresse et  on me laisse rentrer avec le vélo solaire  je fais le tour du fort mais  ça pas de chance la mer et calme et on entend pas la mer rugir dans le labyrinthe . Et pour la sortie du fort on m’ouvre le pont levis latéral . A8 km le point le plus extrême du Portugal je cap Saint  Vincente. Hélas il est fermé j’aurais bien fait le tour du Phare.

Et je commence ma remontée vers le Larzac ……w

Je cherche des diagonales pour et je vise bien. Les kilomètres s’enchaînent toujours avec du vent latéral  je roule sur l’Atlantic coast route sans frontières .

Qui croise « el camino portugues de Santiago »

Le passé la nuit à Odeceixe la 7eme merveille du Portugal 🇵🇹 en plus une nuit de pleine lune 

Je vais faire le loup garou avec la reine des pirates 

Jour 28 

Il y a un mois j’embarquais à Séte  et je viens de passer les 4500 km avec le trike sans soucis mécanique.

A son guidon je vis un rêve dans mon baquet 

Les 70 premiers km sur le chemin de saint Jacques sont agréables d’une crique à l’autre. Toujours avec un gros vent latéral mais il repousse les nuages.

Je ne me fait plus de soucis de la météo j’avance en scrutant les belles images que me procure ce voyage. J’ai fais plusieurs images de cigognes mais c’est difficile de reproduire ce que je vois. Souvent elles ont  fait des nids sur tous les pylônes est c’est époustouflant en plus les petits sont né deux à trois par nids. Beaucoup de pylônes sont équipés d’aiguilles pour qu’elles me nichent pas à des endroits dangereux .

Je suis passé à coté d’un couple qui piquent mais je trouvé bizarre les grosses boites qu’ils avaient…..

Je fais demis tour car je suis intégré.

Et j’e Gange avec le couple c’est leur façon d’aimer les chats SDF. Et croyez moi ils étaient au rendez vous ce soir de pleine lune se sera les « chats garou »

J’ai fait 80 kilomètres dans une forêt de pins (comme dans les landes )avec des dunes de sable  

Pour finir sur un bras de terre ou je comptais dormir.

Et la surprise c’est Miami les riches on colonisé la pointe et je peux même pas prendre le ferry avec le vélo. D’ailleurs les landes la voie verte atlantique et le ferry sur la Gironde  c’est peut être un rêve 

Sa me rallonge ma route et je je trouve un hôtel à Setúbal à 30 km de Lisbonne 


Belle étape de 175 km avec 1000 mètres de D+



Jour 29


J’ai un peu d’appréhension avec la visite de Lisbonne, mais c’est un passage obligé.

Je prépare ma route pour contournement de la presqu’île de Setúbal et Maps.me ne voulait pas et j’ai forcé le Destin et il avait raison route bien barré pas question de passer  10+ 10 km.

Je traverse ce bras de terre de 40 km pour arriver au ferry. Et là il m’a disent que c’est pas un vélo c’est plus grand qu’une voiture , un peu de stress il on envoyé la photo au capitaine qui a dit ok HOUFF. Soulagé l’enfant sauvage .

15 minutes de traversée et c’est Lisbonne et sa magie . Il me tarde de sortir de cette capitale Européenne et de longer la côte où je me sens plus à l’aise les kilomètres et les images s’enchaînent.

Bern un ami m’a conseiller d’aller à Sintra je prévois d’y faire étape et là tous les hôtels sont pleins pas de camping je replonge vers la côte pour voir le coucher de soleil de l’auberge de jeunesse que j’ai pu trouver avec Booking.

Encore une belle étape 

140 km 1500 de D+ et 7 h 30 de pédalage.

Bonus Lisbonne 


Je ne connaissais pas mais après avoir visité Séville je m’attaque à Lisbonne 

La prochaine se sera Porto 

Le 24 mai

Pose de la 13 éme borne officielle de la route mondiale dans le Lot à la Tour de Faure .

Belle cérémonie en musique pleine d’émotions en présence du président de Cahors Mondi merci au deux enseignants du lycée technique lycée Monnerville et St Etienne qui proposent à leurs élèves  de fabriquer la borne de la route sans frontières de Cahors Mundi. Les enfants des écoles de la tour de Faure inaugurent la borne .

Trois générations réunis pour faire avancer la route sans frontières le 24 mai  2024.

Une inauguration est prévue en octobre à Zagora première sur le continent Africain .

Jour 30

J’avais prévu de vous parler de m’on organisation. 30 jours après le départ c’est le moment de connaître les coulisses. 

2 sacoches dans une: le duvet +trousse de toilette  avec pharmacie et nécessaire personnel +ordinateur et câble +paires d’espadrille

pour l’autre deux boîtes à outils avec le maximum du minimum. Et deux sacs de fringues que je lave quand je peux et que je replis soigneusement tous les matins. Dans la remorque le nécessaire de camping.il faut pas grand chose et j’en ai encore trop.

Je ne sais pas comment appeler cette journée : la journée des ronds points ou des dinosaures.et des raccourcis sur chemin de terre ou aller jusqu’au bout de ses rêves.

J’ai essayé de rouler au plus proche de la côte cela fait que monter et descendre. C’est la côte des surfeurs et leur paradis et à Nazareth .

Qui est mon objectif avec un rêve de faire un bivouac dans se paradis et j’ai réalisé mon rêve.

Juste prévu de l’eau et j’ai des pistaches mais en ce moment je vis d’amour de la vie  et d’eau fraîche. Je suis à un endroit où je vais voir le coucher de soleil et son lever au pied d’un moulin à vent 


Demain 160 km pour faire escale chez patrice avec jouet de repos pour réparer la remorque .

En 30 jours. 4598 km. Moyenne de 24,2. Km/h

Dénivelé positif 37063. Metres soit assez ion de 116 Tour Eiffel 

Minutes sur le trike 11360 soit 190 heures semaine à  40 h de pédalage en moyenne.

Jour 31

Demain on change de moi , pas moi…….32 , 33 , 34 ,

Réveillé par la pluie et le vent normal pour le vent le moulin à plus d’ailes……..La pluie a lavé le panneaux solaire faut positiver car j’ai 170 km à faire .

Je plis tout mon barda je prends la remorque qui faisait du stop au bord de la route . C’est vrai que je lui même la vie dure. C’est comme toutes mes ex qui n’arrive pas suivre mais je l’aime tellement que je l’amare pour continuer le voyage.

Pas un chat à Nazaré il est 6h45.

J’en profite de faire mon « Doling » journalier face à l’océan. Après avoir trouvé une bonne pâtisserie je roule  car j’ai encore 170 km à faire.

Je suis sur un tapis roulant je longe cette côte portugaise entre océan et dunes de sable. C’est dimanche et les cyclistes sont de sortie. Deux me doublent et j’aime pas trop je mets les watts et ils disparaissent dans les rétros. Sauf que je fais trop de photos ils me rattrapent et me proposent de boire un café……. La vie solitaire d’un voyageur en vélo solaire. Rencontre avec un couple de canadiens ……

A 13 h j’ai fait 100 km et je savoure mon premier «bacalao ». Les nuages ont pris la fuite et je recharge au max.

Il me reste  95 km à faire pour rejoindre Nicole et Patrice pour une escale technique car la remorque à du mal à me suivre sur les pistes cyclables. A deux reprises j’ai crus à un atterrissage sur un porte avion.


A part ça tout va bien et je n’ai plus la notion du temps , des kilomètres, du vent quand le soleil brille.


Belle étape 196,6 km 900 m de D+ et plus de 9 h à pédaler 

Jour 32

 

Se sera un jour de repos ou plus tôt un jour de mécanique bienvenu. Le hasard fait bien les choses j’ai rencontré Patrice à toulouse le 5 février 2019 a une opération Gillet jaune pour barrer l autoroute entre toulouse et bordeaux. Patirice avait trouvé mon initiative originale descendre du larzac  très tôt le matin pour etres à un rendez vous à 6 h du matin.

Il est passé beaucoup d’eau sous les ponts depuis ce combat des gilets jaunies .

Nicole et Patrice on fait un choix quitter la france  pour vivre au Portugal . Facile à dire , il faut de l’engagement pour sauter le pas.

On avait gardé clé contact et je n’avait jamais envisagé d’aller lui rendre visite . Trop loin….  peut être l’avion ou la voiture 1500 km.

Il reste le vélo via le Maroc.et j’ai fait une pause réparation car le toit solaire  de la remorque était cassé. Patrice qui travaille à toulouse dans la maintenance de l’aviation il est un trésors de savoir-faire et ma remorque est plus que neuve.

L’occasion d’échanger sur la vie au Portugal et ils ne regrettent pas leur choix .

Je suis à 50 kilomètres de Porto et je vais suivre les conseils de Patrice,  une boucle dans Arievo surnommé la Venise portugaise.

Le pastel de Nata se savoure avec les la cannelle et Les lulas ( des bébé calamars) se grillent dans la rue sur des bac de braise .

Une ambiance portugaise que seul un guide local peut vous faire connaître .

Merci à Nicole et on Patrice pour ces 36 heures magique même pas en rêves ils on gagné leur carte de  citoyens du monde .


La traversée de l'Atlas direction Tanger

  La boucle se termine sur la route sans frontières au Maroc 

2800 km jusqu'a Zagora il en reste 700 pour relier Tanger,

et comme j'aime le dire si tu veux y revenir, il faut en partir

11/12 mai

Une vidéo pour deux jours de Zagora à Ouarzazate 

Et Ouarzazate à Boumalme Dades.

C’est la traversée du Djebel Sharo un grand plateau désertique contre fort du Sud Atlas.

Ouarzazate est une ville carrefour perchée à 1500 mètres et Boumalne à 1800.

La vie est le long des palmeraies.

Les pierres se ressembles , toujours les nuages de brume se renforcent et le vent est très capricieux.

C’est un beau cadre pour méditer surtout pour les mollets.en deux jours 286 km et plus de 3000 mètres de dénivelé positif et 11 heures au total de pédalage plus les pauses photos .

Comme j’arrive tôt je laisse mon vélo au soleil et il recharge au solaire .

Demain j’ai une gosse étape  avec un col à 2300 d’altitude les 50 premiers en descente et les 80 derniers en monté.


Lundi 13 mai

J’appréhendais cette c journée qui me fait franchir l’atlas sur la remontée du maroc 🇲🇦 

J’ai bien gérer la ressource sur une étape de 144 km avec 2280 de dénivelé positif.

Le vent été dans mon dos , les nuages sont arrivés vers 15 heures  ce qui m’a permis d’arriver avec  75 % de batterie  fin de soirée pour refaire le plein et repartir demain vers de nouvelles aventures 

Gérer la ressource devient une habitude.

J’ai Jean Louis qui viens d’arriver au point de bivouac  belle soirée en perspective 


Jour 19

Réveil était frisquet à 2350 mètres d’altitude 

Je savais que j’avais une étape de 180 km pour rejoindre Kénitra.

Jean louis était venu se réfugier dans la même auberge et l’on a passé une très belle soirée 67 ans tous les deux .

Au petit matin on est parti ensemble sans déjeuner il était servi à 8 h l’envie de rouler passe avant la faim. Quelque images de Jean Louis qui est à la recherche permanente des rayons de soleil.

Cette vidéo sera consacrée à l’Atlas et ses paysages à couper le souffle. J’aurais jamais imaginer que pour descendre de l’atlas j’aurais à monter 2000m de D+. J’ai roulé presque 7 h et je vous les résume en 3 minutes d’images  .

Imaginez quand je suis dans mon canapé solaire c’est simplement de la magie .

Jour 20 



Ce matin j’ai roulé avec les premiers rayons de soleil 

J’ai une étape de 160 km facile sur le papier. Sauf que le ciel se couvre et le vent de face se lève.

A 12 h 100 km accomplis , après avoir traversé l’Aubrac, la Larzac, Lautrec et j’arrive à Bordeaux pour manger un bon couscous Marocain.

J’avais du mal pour trouver un hôtel vers Moulay Idriss  et puis je me suis résolu à faire un bivouac.

C’est la confirmation qu’avec se type de vélo on peux faire 160 km voir 200 en autonomie et repartir le lendemain  

demain je mettrais les images de mon bivouac que je monterais à la tombée de la nuit 


Jour 21 

Je suis  mes rêves car ils connaissent le chemin , hier j’avais un hôtel à 3 km mais j’avais envie de sortir ma tente pour qu’elle prenne l’air.

Une fois mise en place un notable de Moulay Idriss me conseille de dormir au parc de la ville je remballe et je re déballe à 4 km et je ne regrette pas j’ai dormi serin sauf que l’imam se lève très top . Et je suis parti aux premiers rayons de soleil en traversant la ville. J’ai une longue étape 180 km se sera la dernière aussi longue car ce soir je dors à Chefchaouen qui est à 100 km de Tanger.

Le parcours est magnifique monte descends plus de 2000 mètres  de D+.

J’en ai profiter pour connaître le prix des produits huile d’olives80 DRH cerneaux de noix 80 DRH olives avec noyaux en 5 l 60 DRH collier de figues sèches 80 DRH le kg.

J’ai pas envie de m’arrêter de rouler les 180 km je ne les aient pas vu passer et l’arrivée a Chefchaouen  simplement magique.

J’ai une chambre au centre de la médina grosse galère pour sécuriser le trike mais au Maroc il n’y a  pas de problème très belles photo de cette Medina bleue 


Jour 22



Toute beau bio a une fin et c’est normal si on veut en commencer une autre. Et pour ce coup l j’ai beaucoup de chance car demain je prends le ferry pour commencer mon retour par l’Andalousie, le Portugal et remonter le chemin de saint Jacques à rebrousse poil .je ne sais pas ce combien de kilomètres mais je pense qu’il fera 3500 km de plaisir que je continuerai à vous partager quotidiennement. 

Je vais rencontrer Youssef Haouass pour préparer une belle action pour octobre la  pose d’une première borne au Maroc 🇲🇦 à Zagora et la livraison d’un vélo solaire à Mohamed BANNOUR .

Quelques chiffres

Boucle de 3433 km de Cahors Tanger

28 milles 202 mètres de dénivelé positif

8 milles 326 minutes de pédalage 

A 60 coups de pédales Aà la minute 

449 560 tours de pédales 

On arrondit à 500 milles vu le dénivelé 

la traversée du désert sur 650 km

deux citoyens du monde on retrouve un concurrent du Suntrip imprudent  

Suntrip 2024


Bonus zagora Nuit du long puit


Cette situation difficile nous amène à l’actualité principale du jour, qui concerne notre doyen, Jean-Louis Mérelle. Une actualité dont le titre sera « Jean-Louis et le long puit ». 

En fin de journée, l’organisation est alertée par la famille de Jean-Louis. Ils n’ont aucune nouvelle et son point GPS est bloqué au même endroit depuis 3 heures, au milieu d’une ligne droite désertique. Le portable de Jean-Louis est alors coupé. Impossible de savoir le pourquoi de cet arrêt soudain, dans une zone désertique où, a priori, rien n’invite à une pause.


Vers 19h l’équipe d’organisation se met à la recherche d’une solution. L’idée est d’abord d’essayer de joindre la gendarmerie la plus proche, pour savoir s’ils ont eu l’information d’un incident sur la route entre Foum Zguid et Zagora, où notre doyen est porté disparu. Le temps de chercher le meilleur contact, Paul Bermejo, basé à Agadir, a l’idée de contacter Jean-Marie Azaîs, un cycliste solaire bien connu du Sun Trip, qui évolue en ce moment au Maroc, en marge de l’aventure. Il avait été quelques jours avec nos participants, dans le nord du Maroc, et ce soir il était à Zagora, où il aurait pu croiser Jean-Louis. En quelques minutes il trouve une voiture et se rend avec un guide à la recherche de Jean-Louis, une centaine de kilomètre plus à l’Ouest !

Entre temps, Vincent Lauga arrive à Foum Zguid. Il se pose dans un camping, situé à 300 mètres de la gendarmerie du secteur. Il est ainsi en mesure de nous donner le meilleur numéro a appelé ! C’est l’esprit du Sun Trip qu’on aime ! Vers 21h heure locale (22h en France), Jean-Marie Azaïs arrive sur le site du dernier pointage de la balise de Jean-Louis Mérelle. Mais il ne voit rien. La nuit s’installe et le doyen est introuvable, comme évaporé dans la nature. De l’autre côté, Youssef El Haouass de l’équipe du Sun Trip, basé à Tanger, discute au téléphone avec la gendarmerie locale. A priori personne n’est au courant d’un accident. Jean-Marie Azaïs poursuit son enquête sur le terrain, questionne quelques personnes dans le village le plus proche, mais rien. A 22h30 heure française Jean-Marie pense stopper ses recherches et la gendarmerie de Foum Zguid s’apprête elle a envoyer une équipe sur place ! Puis finalement, en dernière minute Jean-Marie tient une piste : « Jean-Louis serait avec des nomades, un peu plus loin que le point de sa balise « . Le « téléphone arabe » a fonctionné ! A 22h50 le doyen est bel est bien retrouvé et Paul Bermejo a un échange téléphonique avec lui.

Il était avec des nomades et dormait paisiblement dans sa tente… Son téléphone était coupé. Contrairement aux consignes de l’organisation, il n’avait pas pris de carte SIM marocaine, l’extension de son abonnement français était épuisé et il n’avait pas pu informer qu’il allait s’arrêter dès le milieu d’après-midi, après seulement 50 km de route, batterie vidée du fait du manque de soleil. Son erreur a mis en alerte sa famille et un grand nombre de personne au Maroc. L’histoire se termine bien, mais c’est un bel exemple de ce qui arrive quand on se suit pas les règles indiquées par l’organisation…

A ce stade nous avons que cette photo de la scène, en attendant plus de détails de la part de Jean-Louis quand il aura retrouvé du wifi… (ou acheté une carte sim…).


Vers minuit, la gendarmerie clôturait le dossier (la zone étant proche de la frontière algérienne, cela implique un certains formalisme…) et ce matin Jean-Marie Azaïs nous envoie cette vidéo du guide Mohamed Bammour, qui a aidé à retrouver Jean-Louis, à coté du « long puit ». C’est savoureux, c’est « made in Sun Trip » 🙂


https://www.thesuntrip.com/st24-j29/

  Jour 9


J’avais prévu de rejoindre Gelmin

Et un vent de face plus des montagnes russes et un chat dans le moteur.

Je décide de faire une grosse révision du trike avant de rejoindre Zagora en traversant le dessert et de prendre soin de moi .

En plus je n’ai pas de date de retour donc quelques kilomètres de moins n’est pas important .

Je n’ai plus rien à prouver je n’ai plus d’heure juste du temps 


Jour 10


Je  prépare la route avec Maps.Me

Et je fais des simulations de kilométrages et je m’adapte aux conditions que me propose la nature ( soleil ,vent, neige ou plus tôt congères de sable )

Et ce matin j’avais envie d’aller ver le Sud ( sacré Nino) je chante sur mon trike et le me laisse guider par mes rêves,


Ce matin Vivien Olivier un suntripeur suisse 🇨🇭 me remonte et je lui propose de déjeuner ensemble car je suis parti sans déjeuner de Sidi Ifni.

Très belle rencontre avant son problème moteur il était 4 eme avec une solution très innovante.

Je l’ai laisser charger et je me dirige vers Gelmin quand je devine une manifestation sportive et je demande aux autorités si je peux m’avancer .

On me propose une chaise et je suis conduit dans une tribune ……..c’est un concours inter régional de « tbourida »magique je reste une heures et ensuite je laisse ma chaise à un berbère qui m’a chaleureusement remercié . 

Je mange à la sortie de la ville car j’ai 105 km à faire pour mon premier objectif Assa ou je resterais après avoir parcouru 160 km en 6 h 25 


Et c’est ce soir que je m aperçoit que je suis descendu trop bas par rapport suntripeurs qui se suivent car ils ont une balise gps qui trace leur  route .

Donc je suis à Assa qui est sur la même latitude que Tan-Tan et je suis très heureux car j’ai vu de très belles choses que je vous partage dans ma vidéo journalière.

Comme ça je ne peux pas vous communiquer les impressions de chaleur, vous allumez votre four vous mettez un gâteau à cuire et chaque fois que je croise un camion , c’est comme si j’ouvrais la porte du four. Comme ex pâtissier il devrait cuire des meringues au solaire direct elles seraient craquantes 

Je viens de faire une lessive dans la douche avec mes pieds ( et oui il faut jouer la débrouille ) 

Je l’ai laissé le temps d’écrire ce résumé le linge est sec ( Calienté citoyenne et citoyen)

Jour 11

Je me suis préparé à une belle étape pour rejoindre Tata. 220 km dans le dessert avec un vent qui a soufflé toute la nuit j’étais prêt à partir au lever de soleil. 

Porte fermé j’ai pas pu sortir le vélo de l’hôtel et pas de déjeuner . Je m’échappe comme le vent qui a disparu et j’arrive à déjeuner et je me lance sur la RN17  à la recherche des Dromadaires ( merci à tous ceux qui me signale mon erreur ) le ciel est moutonneux et un vent de face se lève  les panneaux ne chargent qu’à 75%. La chaleur monte  et je n’ai croisé que trois voitures sur 70 km.

C’est vraiment un dessert de cailloux et je commence à voir des dromadaires qui se tiennent à l’ombre des rares arbres . Un dromadaire marche sur la route et j’entame un échange entre un dromadaire 🐪 et un chameau 🐫 .je fais la causette avec un berger et le lui demande que mange ses 30 moutons son âne et ses deux dromadaires 🐪………..Sans doute de l’herbe que je n’aperçoit pas .

Je remarque aussi des gros lézards je les repère quand il parte se cacher entre deux cailloux .

La troisième belle rencontre c’est l’oiseau le Mola-Mola ou l’oiseau des voyageurs .François Médalle  l’ors de mon premier voyage au Maroc me l’avait fait découvrir vers Merzouga .

On ne le voit pas sauf quand il s’envole pour aller se percher sur un autre caillou . Il est à droite à gauche il est seul . J’ai pus en voir un de plus près, il est comme une grosse hirondelle tout noir  avec des plumes blanches sur la tête et des plumes sur la queue….La magie du dessert .

Je viens de traverser le seul village depuis mon départ ou je rends visite à un boulanger et je découvre une cascade d’eau . Je me dit changement de programme je me pose dans se paradis.

Je trouve un hébergement à la ferme magnifique car je veux pas me mettre en danger avec ses températures extrêmes .

Jour 12 

Hier soir une belle avec 4 couples de français qui font un raid pour la beauté des paysages , il m’ont invité à l’apéro ( j’avais oublié que bière est agréable à boire) ce lever de soleil qui m’annonce une très belle journée.

Pas de vent les batteries chargés à bloc et je pense que c’est la solution rouler à la fraîche il fait 25 au petit matin et plus de 40 à 14 h .

Après un petit déjeuner je me lance très motivé ce matin tous les voyants sont au vert 

Les kilomètres s’enchaînent avec des poses photos  pour le « 3 minutes » du jour .

Je suis en plein desert moins de chameaux que hier seul le Mola-Mola m’accompagne il se pose même sur la route pour me saluer et disparaît en trois coups d’ailles.

J’ai rien à faire sauf à réfléchir à ce voyage qui n’était pas prévu. Comme un accident qui change ta vie, et la c’est une chance que j’ai saisi mais je ne m’imaginais pas le jour au j’ai tapé dans la main du père Noël solaire qui colle les Suntripeurs.

J’ai 67 ans et je n’ais pas de Rollex et je n’ai plus rien à prouver, juste vous faire rêver et pixeliser des bornes de la route mondiale N•1 ou la route sans frontières.

J’ai un ensemble roulant qui fait 70 kg plus le bourricot qui pédale et j’ai fait une moyenne de 26,9 km/h sur 144 km les cyclistes apprécieront seulement 500 mètres de D+ léger vent mais des températures qui passent le 40 degrés .

Quand je suis arrivé à Tata je me suis brûlé sur le carrelage de l entrée de l’hôtel en changeant de chaussures .

Je suis au frais sur mon lit en train d’écrire  et je vais  aller dans la piscine de l’hôtel.

Juste un clin d’œil à ceux qui croient que je souffre .

Je suis là pour prendre du plaisir à mon âge je préfère voir la pression que la subir d’ailleurs la pression s’appelle « bonaqua/pétillante »

Pas besoin d’alcool pour être ivre de la vie.

Dans la vidéo je pense beaucoup à Zaz qui a une chanson qui a changé ma vie . « Je Veux » 


jour 13

Ce matin je réfléchissait quoi dire dans mes 3 minutes du jour.

C’est en roulant que se crée le scénario. L’imam qui te réveille à 5 h donne le fond musical 

Le premier rayon  de soleil le premier rond point et c’est parti pour 140 km de désert.

Le Mola Mola est fidèle  au rendez vous, je vois des troupeaux de dromadaires et puis le vent se lève la température monte le ciel devient trouble et ne ne trouve rien pour faire une pose . Seul un village fantôme.je fais les parcours Tata Foum Zguid sans une coupure sauf pour soigner mes pieds qui chauffent et la tête à calculer la consommation, le kilométrage restant , le niveau d’accélération pour gérer la ressource . Accessoirement j’appelle des amis on est dans le désert et la 4G est toujours présente.

J’arrive au Riad Assia presque un Equinorêve….

Il est 14 h je me repose et je décide de faire un contrôle du train avant car je remarque une usure anormale et j’ai bien fait une roue avait du jeu et une plaquette avait souffert  .le train avant est révisé et je suis serin pour la suite avec à la clef un thé offert par un marocain qui m’a prêté un tapis , il m’a aider à me laver les mains avec 1 litre d’eau solaire .ensuite il m’a offert un thé excellent accompagné d’une pomme et de deux tranches de pastèque 

Ne ratez pas les rencontres solaires de Villevayrac samedi et dimanche 11/12 mai. 

Et demain sera un autre jour




jour 14 Zagora

Ce matin je réfléchissait quoi dire dans mes 3 minutes du jour.

C’est en roulant que se crée le scénario. 

L’imam qui te réveille à 5 h donne le fond musical 

Le premier rayon  de soleil le premier rond point et c’est parti pour 140 km de désert.

Le Mola Mola est fidèle  au rendez vous, je vois des troupeaux de dromadaires et puis le vent se lève la température monte le ciel devient trouble et ne ne trouve rien pour faire une pose . Seul un village fantôme.je fais les parcours Tata Foum Zguid sans une coupure sauf pour soigner mes pieds qui chauffent et la tête à calculer la consommation, le kilométrage restant , le niveau d’accélération pour gérer la ressource . Accessoirement j’appelle des amis on est dans le désert et la 4G est toujours présente.

J’arrive au Riad Assia presque un Equinorêve….

Il est 14 h je me repose et je décide de faire un contrôle du train avant car je remarque une usure anormale et j’ai bien fait une roue avait du jeu et une plaquette avait souffert  .le train avant est révisé et je suis serin pour la suite avec à la clef un thé offert par un marocain qui m’a prêté un tapis , il m’a aider à me laver les mains avec 1 litre d’eau solaire .ensuite il m’a offert un thé excellent accompagné d’une pomme et de deux tranches de pastèque 

Ne ratez pas les rencontres solaires de Villevayrac samedi et dimanche 11/12 mai. 

Et demain sera un autre jour





 jour 15 repos est carte postale de Zagora


14 jours que l’on posait le trike sur le sol Marocain 

Et  2200km parcourus.Mohamed Bannour m’a invité pour le coucous traditionnel du vendredi et comme le soleil est en repos j’en fait de même et je profite de faire les 3 minutes sur la ville de Zagora.

Point de départ depuis des millénaires des caravanes de plus de milles dromadaires.

Ville péage, ville d’échanges , ville magique.

Tou cela est finit par des moyens modernes et la création des frontières.

Ce soir on fait une belle soirée de réflexion avec Mohamed citoyen du monde.

Cette soirée sera pixelisée car elle sera une étape importante dans les relations inter continentales  des citoyens du monde. Qui fera l’objet d’une autre vidéo 

Il faut prendre le temps de vivre et de ma pas perdre une occasion de faire avancer les citoyens vers un monde meilleur.



jour 16 Ouarzasatte

de Marrakech à Sidi Ifini

 Tourisme a Marrakech. 

... La place principale de Marrakech, Jemaa El FNA. Située au cœur animé de la ville,  une expérience que tout le monde devrait vivre en vélo solaire, mais la sa se gagne à coup de pédalé et de rayon de soleil.

On an un challenge demain et on roule cool pour avoir les batteries pleines au pied du col 


Tizi N'Test est un col situé dans le Haut Atlas altitude 2187 mètres, à l'ouest du djebel Toubkal, sur la route R 203 reliant Marrakech à Taroudant. Le col et ses abords se trouvent entièrement dans la région Marrakech-Tensift-Al Haouz (province d'Al Haouz),

Ce soir on est bien dans notre stratégie batteries à 100% pour les 72 km de montée.c’est presque une journée de repos avec 67 km au compteur et 1000 mètres de D+

Si tout se passe bien demain on peut être à Taroudant. 

Jour  7 


Une journée que l’on appréhendait  avec la montée du Tizi N’test. 2180 mètres .

Jean Philippe avait prédit des nuages  ils sont arrivés à 18 h 

Par contre la route était en travaux et on ne pouvait pas éviter tous les trous c’est le plus dur .

Le col’ c’est très bien monté malgré c’est handicap.

Une pensée pour tours les marocains frappés par le séisme  mais l’état est bien présent  ( pas besoin de Macrote ) ils sont mieux servi par leur roi, 

Après 72 km de montée un petit casse croute et quand Jean Philippe arrive il ne mange pas ce qui nous prévoit une arrivée à Taroudant vers 17h .

Vent de face j’arrive à 17 h 15 .


Une belle journée de méditation sur ma vie et je me dit que si je trouve une amie qui veux me suivre je lui prépare un trike pour aller au bout de nos rêves 




Jour 8


3 villes pixelisés  dans la journée Taroudant, Agadir et Tiznit. Et un record 200 km en 8 h 30 de roulage et un  excellent coucou  .


Il fait très chaud et les chameaux commencent à apparaître et mon porte monnaie à disparaître.


J’espère qu’il fera le bonheur d’un marocain c’est un peuple que j’adore  


Demain je suis au point le plus bas du Maroc pour ma boucle  mon trike était neuf il a aujourd’hui colis de 1550 km au compteur  j’ai dépassé 1100 km  en 8 jours 

Promi  demain je fais relâche à part que …………



Jour 9


J’avais prévu de rejoindre Gelmin

Et un vent de face plus des montagnes russes et un chat dans le moteur.

Je décide de faire une grosse révision du trike avant de rejoindre Zagora en traversant le dessert et de prendre soin de moi .

En plus je n’ai pas de date de retour donc quelques kilomètres de moins n’est pas important .

Je n’ai plus rien à prouver je n’ai plus d’heure juste du temps 





Le Chenin de Saint jacques de Compostelle

    Jour 35 Hier je flâne en direction du cap Finestra mon prochain rêve   et je suis interpellé par des pèlerins qui étaient arrivés dans l...